top of page

Romans d'Isabel Lavarec

LIVRES ISABEL LAVAREC

Avec critiques en grisé


NAIS ET TOTOCHE

SERIE SCIENCE FICTION

POUR LES 9-13 ans et plus

Présentation de la série

Nais et Totoche, jeunes adolescents, amis depuis l’école maternelle, adorent se promener dans le temp set l’espace. Ils atterrissent toujours dans une société d’un autre âge que celle dans laquelle ils vivent. Evidemment, ils découvrent les us et coutumes des habitants mais rencontrent aussi de nombreux obstacles qu’ils doivent surmonter seuls.

* Tome 1. Nais et Totoche au temps des pharaons.

Voilà ces deux amis propulsés chefs de groupes ennemis. Comment vont-ils réagir ?

Des aventures les mèneront jusqu’en Égypte de Cléopâtre.

* Tome 2. (en cours de relecture.)

L’auteure interrogée parle de « tunnel vers le passé » et d’escale chez les Gallo-Romains, d’Arelate, de peste rouge… Nos protagonistes seront-ils prisonniers de cette épidémie ?

Concernant la forme

Pour les intermédiaires ou jeunes ados ( 9-12ans et +, le rapport à la lecture n’est pas le même pour tous. Certains lisent avec bonheur, d’autres sont très lents et perdent le fil de l’histoire tout au long des pages. C’est pourquoi, ayant travaillé en Institut Universitaire de Formation des Maîtres( IUFM), j’ai divisé le récit en 4 parties (d’à peu près égale longueur) avec au début de chacune d’elle, un questionnement pour émettre des hypothèses, et éventuellement échanger avec l’auteure.

Chaque volume de Nais et Totoche, peut se lire comme un roman-feuilleton (avec les différents épisodes dans le même livre).




Naïs et Totoche au temps des Pharaons

Edition ex-aequo

Mars 2021



Dépôt légal :

Mars 2021


Lors d'un voyage de classe en Égypte, la morsure du cobra venimeux embarquera Naïs et Totoche dans un voyage extraordinaire à travers le temps ! Chefs de groupes adverses dans leur collège, Naïs et Totoche s’apprécient pourtant plus qu’on ne le pense. Lorsque leur classe gagne une croisière sur le Nil et que Naïs défie un cobra royal, l’aventure commence. Mordue par le serpent venimeux, Naïs se retrouve dans le coma et son esprit se dissocie de son corps. Elle remonte ainsi le temps et Totoche la rejoindra ; ensemble, ils devront voyager dans l’Égypte de Cléopâtre et accomplir la mission ordonnée par Uræus, le cobra royal. Livrés à eux-mêmes dans un pays aux mille dangers, pourront-ils venir à bout des obstacles et atteindre leur but ? Un questionnement clôture chaque épisode de ce roman-feuilleton en quatre parties. Le lecteur est ainsi invité à imaginer la suite, à proposer des hypothèses et pourquoi pas, à échanger avec l’auteur sur : https://www.mollisa.fr Voyagez auprès de Naïs et Totoche et découvrez les secrets de l’Égypte ancienne !


Détails sur le produit

ASIN ‏ : ‎ B091KY45QK

Éditeur ‏ : ‎ Ex Aequo; Ex Aequo édition (31 mars 2021)

Langue ‏ : ‎ Français

Taille du fichier ‏ : ‎ 2117 KB

Synthèse vocale ‏ : ‎ Activée

Lecteur d’écran ‏ : ‎ Pris en charge

Confort de lecture ‏ : ‎ Activé

Word Wise ‏ : ‎ Non activé

Nombre de pages de l'édition imprimée ‏ : ‎ 142 pages

· Commentaires client :

PRIX 16 euros

17 dollars

EXTRAIT

“Dans les bateaux naviguant sur le Nil, le spectacle « serpent à lunettes », est le plus prisé de tous. Les élèves de l’institut Pierre de Rosette ne font pas exception. La représentation tant attendue arrive enfin.

Sur ordre de leur capitaine, les M’zelles occupent les places de devant du petit théâtre. Les garçons essayent de se faufiler entre les filles. Quelques minutes après leur installation, le charmeur de naja s’assied en bas de l’estrade, sur le tapis qui lui est réservé.

— Pantalon blanc, remarque Clémentine, l’artiste du groupe, chemise et turban orange avec des touches de vert. Il en jette ! vous ne trouvez pas ?

Le dompteur de cobra ne leur laisse pas le temps de répondre, il pose le panier en sisal devant lui et commence à jouer du pinje, cette drôle de flûte. Adolescents, profs et invités du bateau font silence.

Le dresseur ôte le couvercle de la corbeille et les regards se figent sur le couffin qui bouge tout seul. Quelques secondes plus tard, une créature sombre, brillante, écailleuse sort la tête et se balance au son de la musique. Le naja, arrogant dans sa collerette, langue bifide et œil glacial, ne s’intéresse qu’à son maître.

— Brrr, ça donne froid dans le dos ! murmure Totoche à sa voisine. — Oui, surtout quand il ouvre sa grande gueule et découvre ses longs crochets à venin ! réplique Gaby. — On n’est pas trop proches ? demande Sam. Il ne faudrait pas qu’il s’échappe…

Le serpent sorti maintenant de sa bannette glisse lentement vers le centre de l’arène. Les spectateurs se contractent, retiennent leur souffle… Mais déjà, le reptile bon acteur, obéit au metteur en scène et rejoint son panier.

Dans son nid, il disparaît, réapparaît, se love, se redresse et s’enroule encore. Le charmeur, en grand professionnel, tape des pieds, provoque et s’amuse avec le cracheur de venin. Le public est rassuré, l’atmosphère se détend. Mais les figures et la musique varient peu, le spectacle s’étire et finit par lasser.

Totoche remarque, subitement, l’absence de Naïs. Il en demande la raison. Le mutisme des filles l’intrigue d’abord, puis lui met la puce à l’oreille. « Elle prépare quelque chose ! » En rusant, il essaye d’interroger quelques camarades. En vain. Comme il s’attend à tout, il reste sur le qui-vive.”


ON EN PARLE



Des critiques

Meilleure évaluation de France




Commenté en France le 17 avril 2021

Aujourd’hui nous nous retrouvons avec « Naïs et Totoche au temps des pharaons » de Isabel Lavarec. Résumé ✏️ « Chefs de groupes adverses dans leur collège, Naïs et Totoche s’apprécient pourtant plus qu’on ne le pense. Lorsque leur classe gagne une croisière sur le Nil et que Naïs défie un cobra royal, l’aventure commence. Mordue par le serpent venimeux, Naïs se retrouve dans le coma et son esprit se dissocie de son corps. Elle remonte ainsi le temps et Totoche la rejoindra ; ensemble, ils devront voyager dans l’Égypte de Cléopâtre et accomplir la mission ordonnée par Uræus, le cobra royal. Livrés à eux-mêmes dans un pays aux mille dangers, pourront-ils venir à bout des obstacles et atteindre leur but ? À partir de 9 ans.»

L’avis des lecteurs.trices

Voici un aperçu des premiers avis reçus sur Instagram :

“J’ai ressorti mon sac d’écolières, l’ai remis sur le dos, je suis montée dans le bus aux côtés de Naïs et Totoche et j’ai fait bon voyage. Leur sortie de rêve se transforme en cauchemar lorsque Naïs se fait mordre par un serpent et se retrouve parachuté dans l’Égypte de Cléopâtre. Pour revenir au présent, retrouver sa famille et ses amis, il va lui falloir réussir une mission. Mais avant cela, de nombreux obstacles sont à franchir. Elle va alors obtenir l’aide de son principal rival, Totoche. Ils vont finalement former un duo de choc très complice et agréable. Cela laisse passer un joli message. L’union fait la force et ça ne sert à rien de se mettre des bâtons dans les roues, pour gagner à tout prix. Pour gagner dans tous les cas, ils font savoir unir nos forces à celles des autres.

Moi, qui ne suis pas fan d’histoire, j’ai beaucoup apprécié en apprendre un peu plus sans que ce soit lourd ou que ça fasse bourrage de crâne. C’est léger, avec quelques infos par-ci par-là. Ça éduque et ça permet de prendre du plaisir. On apprend sans en avoir l’air. Chaque partie est introduite par des questions et j’ai trouvé que ça ajoute un réel plus au livre.

Un livre très agréable que je ne peux que vous conseiller.”

” (…) Dans ce roman, on retrouve deux collégiens tous deux chefs de clans rivaux, les m’zelles (Naïs) et les dam’zeaux (Totoche). Et même si tout les oppose dans le monde d’aujourd’hui, dans celui de l’Égypte ancienne, unir leur force est primordiale. Voir leur duo évolué au fil des pages est un réel plaisir.

Ce livre se révèle être un super roman jeunesse. Tout est mis en œuvre pour que la lecture soit simple, mais instructive. En effet, il se découpe en 4 parties. Celles-ci commençant à chaque fois par un questionnement, permettant alors au lecteur de se poser des questions et de mettre en marche son imagination. Cela nous permet donc d’être en perpétuelle interaction, mais aussi de rentrer plus aisément dans l’histoire.

La plume de l’auteure est fluide. Rendant la lecture légère simple et surtout, point important, très instructive.

De plus ce livre fait passer un message fort et beau, l’union fait la force.

En conclusion, ce livre se révèle être un très bon roman jeunesse, qui j’en suis certaine plaira à petits et grands (surtout à ceux ayant encore une âme d’enfants hihi). Voyage dans le temps garanti! (…) “







*****



ROMANS FANTASTIQUES

Pour jeunes adultes et adultes


Lili, la première femme de Vitruve

Manuscrit primé par Arts et lettres de France (2019)

Edition encre rouge

Juin 2020




Sorti en librairie : juin 2020

Editions Encre rouge

Jason est mort il y a un an. C’est l’occasion, pour son épouse Lili, sa famille et ses amis d’enfance, de se retrouver afin de se soutenir lors de ce triste anniversaire.

Tandis que les soupçons d’une amie inconnue pleuvent sur la veuve, Lili égrène ses souvenirs qui pourraient bien faire la lumière sur les derniers moments de la vie de Jason.

Quelque temps auparavant, Lili avait été soudainement séparée de son ombre. C’est cet événement, hors du commun, qui allait précipiter le destin.

Mystère, humour, poésie et philosophie se choquent et s’entrechoquent dans cette fable.

Ce roman fantastique pour jeunes adultes et adultes situe l’action dans un contexte contemporain.

C’est une histoire de couple séparé et de vie qui continue. Vaste problème, qui intéresse chacun de nous. « Qui suis-je ? D’où je viens ? Où vais-je ? » sont des questions que nous nous posons tous consciemment ou inconsciemment. Chacun doit y répondre. Au même titre que Lili et Jason où ombres et méduses symbolisent une partie de leurs inconscients.

Une double intrigue prenante, de belles saillies humoristiques, philosophiques, symboliques, poétiques et deux protagonistes émouvants et attachants : voilà le cocktail qui va tenir en haleine de la première à la dernière page.

Mais « Lili, la première femme de Vitruve », c’est bien plus que cela.

Lili, la première femme de Vitruve est un récit fantastique où les ombres s’incarnent et entrent en concurrence avec leur ancien corps

Détails sur le produit

· Éditeur ‏ : ‎ Encre Rouge éditions (1 juin 2020)

· Langue ‏ : ‎ Français

· Broché ‏ : ‎ 201 pages

· ISBN-10 ‏ : ‎ 2377893503

· ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2377893508

· Poids de l'article ‏ : ‎ 240 g

· Dimensions ‏ : ‎ 13.3 x 1.17 x 20.3 cm


EXTRAIT

Tard dans la nuit, Cannelle plante son ancre dans une des lagunes formées par le delta de l’Ebro.

Curieuse et avide de beautés naturelles, je me lève tôt pour admirer le paysage. J’en ai le souffle coupé !

Le voilier est mouillé au milieu d’un cercle de lagunes parsemées de parcs à huîtres. Pas une ride sur le grand miroir salé. De temps à autre, quelques poissons en chasse déforment la monotonie de la surface. Une odeur iodée, des chants de goélands, un léger vent dans le nez. Le calme…

Une mer de dunes à bâbord, des grandes, des petites, des ocres, des émaillées de plantes que je ne connais pas, et la réserve ! Je regarde avec les jumelles. Je n’ai jamais vu autant d’oiseaux marins regroupés en si peu d’espace.

J’aperçois une grue qui avale un poisson, j’essaye de la prendre en photo. Trop loin, mon zoom n’est pas assez puissant. Je dois aller à terre. Je griffonne rapidement un mot pour avertir Jason de mon désir de me promener sur le chemin balisé qui traverse le parc naturel. Avant de déposer le billet près de mon mari, je prends le temps de le regarder dormir. Bouche ouverte, cheveux en bataille, je le trouve attendrissant. Je ramasse au passage la bouteille de whisky vide qui traîne par terre. Je sais qu’il dormira un bon moment encore.

– Bon, me dis-je, je vais pouvoir aller jusqu’au milieu de la réserve.

Munie de mon appareil photo, me voilà canotant jusqu’à la plage. Il me faut déhaler la prame pour la mettre au sec. Exercice difficile pour moi qui suis petite et frêle. Je tire de toutes mes forces. La zone de ressac à peine passée, je ressens une douleur vive au mollet, lâche tout et cours dans l’eau.

– Une méduse, sale bête !

Le feu de l’animal paralyse ma jambe. Subitement, tout se brouille, paysages, sons, cris. Ma tête se met à tourner. En boitant, je parviens jusqu’au bord de l’eau où je m’allonge. Au bout d’un moment, je me souviens avoir emporté un citron. Il doit être dans la petite poche de mon sac à dos resté dans la barque. Malgré la douleur, je récupère le fruit acide, le coupe avec mes dents et frotte les nombreuses petites brûlures. Pour surpasser la souffrance, je me concentre sur ma respiration, me traîne ensuite jusqu’en haut de la plage et, regardant l’horizon, laisse passer le temps.

Je pense au bateau, au pont que je devrai laver en rentrant.

La douleur semble s’être atténuée, je reprends ma marche.

En vacances, loin du tumulte urbain, j’aime me promener de bonne heure le matin. Discrète, comme toujours, pour me faire oublier, comme si j’étais coupable.

Coupable de quoi ? Je ne sais pas. Une impression. Une boule qui s’installe très souvent au fond de mon estomac et me ronge.

– Le stress du boulot et une alimentation trop riche, avait décrété le toubib à l’époque. Peut-être, mais alors pourquoi la boule n’a-t-elle pas disparu avec mon nouveau mode de vie ? »



ON EN PARLE



.

Quelques critiques : extrait d’une interview donnée à un groupe de blogueurs

Isabel LAVAREC confirme :

« Il a fallu plusieurs années pour tisser cette histoire. Au travers de ce récit, je voulais montrer qu’après une séparation, la vie peut continuer et même qu’on peut lui donner un nouveau sens. En remettant le travail sur le métier, je me suis aperçue qu’il fallait aller plus loin, et confronter mes personnages à leurs idées et croyances. D’où les veillées et les discussions entre amis. Nous ne sommes pas des électrons libres, nous vivons dans un environnement physique, médiatique, sensoriel, cognitif, affectif… »

De plus, Isabel LAVAREC s’appuie sur ses connaissances de Professeure agrégée des Sciences de la vie et de la terre pour mettre de la poésie dans des observations fines de scènes animales et en tirer quelques enseignements de vie.

Un angle très original

Contrairement aux autres romans fantastiques, « Lili, la première femme de Vitruve » plonge les lecteurs(trices) au cœur de questionnements sur la Nature, sur la vie d’une façon générale et dans ce qu’elle a de plus intime, tout cela dans une ambiance maritime et de bord de mer.

Isabel LAVAREC souligne :

« “Donner un sens à sa vie”, ne peut pas s’acquérir de l’extérieur. Cela demande un long travail sur soi. Le sens que l’on donne à sa vie n’est, en quelque sorte, que la récompense d’une paix retrouvée avec soi. »

Et du début à la fin, la nature déploie ses bienfaits pour nous apaiser et nous convaincre de la nécessité de la sauvegarder. Tous ces enseignements sont à découvrir !



commentaires de Jean Pachot,

Ce récit, comment dire ? m'a bousculé ou, pour employer une expression entendue dans cette région, "dévarié"

La tentation est d'effectuer des rapprochements...aucun n'est cependant pertinent à mon sens

Hugo Von Hofmannsthal et Richard Strauss pour leur opéra "La femme sans ombre", mais, hormis le titre, la situation est fort différente, voire opposée : une impératrice du monde des esprits, amoureuse d'un terrien veut "descendre", mais elle doit pour procréer se doter d'une ombre...

"Juliette des esprits" de Fellini...et ses fantasmes... peut-être...

"La vie est un songe" Calderon, texte magnifique où la frontière entre rêve et réalité s'estompe...mais le thème est plutôt centré sur le pouvoir