Voulez une fable ? Du barde ?


En mp4 ?


En lecture normale ?

Chemin faisant



Sur son chemin le pèlerin

marchant d’un bâton hésitant

tâtonnait sans être serein

en quête d’un havre obligeant


À l’approche d’une cité

aux portes d’accueil prometteur

il en voit les toits dominés

par deux châteaux sur les hauteurs


Il s’enquiert auprès d’un passant

de l’étrange dualité

et du contraste saisissant

dont la ville aurait hérité


Il y a, lui dit le brave homme,

un Palais au lustre clinquant

où officient maints majordomes

auprès de maîtres ignorants


On franchit aisément ses portes,

pour sésame vos préjugés,

et solide haine en escorte

pour au podium être juché


Si l’amour de votre prochain

n’est point dans votre catalogue

n’affichez plus que vains chagrins

et n’ayez plus que feints dialogues


Au château de belle prestance

vous serez admis en faux frère

et vous y jouirez de l’aisance

propre aux maîtres de l’Univers




Il y a, lui dit le quidam,

celui qui vous semble modeste

mais gouverné par une Dame

aimable en chacun de ses gestes


Nous la nommons Dame Sagesse

pétrie de doute salvateur,

en son château nulle bassesse

mais la ferveur guidant l’acteur…


…acteur d’un tracé sans limites

autres qu’issues d’humilité

sans nul modèle qu’on imite,

juste un grain de fidélité


Mais de « palais » pour la sagesse

faudrait-il nommer la demeure,

lui dit l’homme empreint de finesse,

quand jamais l’esprit vrai n’y meurt

Du quidam méditant l’avis

et fort de cette expérience

le pèlerin a poursuivi

sa route pavée de conscience


Mais, se retournant vers la ville,

il n’aperçut que lourds remparts

et créneaux d’enceinte servile

la clôturant de part en part


Il ne vit plus là haut perchés

que les fantômes des palais,

lui, restant seul à rechercher

le vrai sur sa voie désormais.


Alors, reprenant son bâton

loin d’un désert sans oasis

le pèlerin fuit les leçons

dissertant sur vertus et vices


Jean PACHOT LAGARRIGUE Le 20 décembre 2021

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout