LA JEUNESSE DES MORTS Anna de Noailles(1876-1933)

Poème proposé par Jean -Guillaume Dufour ( associé La French Radio Portugal La web radio de la communauté francophone)

Le Printemps appartient à ceux qui lui ressemblent,

Aux corps adolescents animés par l’orgueil,

À ceux dont le plaisir, le rire, le bel œil

Ignorent qu’on vieillit, qu’on regrette et qu’on tremble.

— Ô guerrière Nature, où sont ces jeunes gens ?

Quel est ton désespoir lorsque saigne et chancelle

La jeunesse, qui seule est fière et naturelle

Et brille dans l’azur comme un lingot d’argent ?

Ces enfants, bondissant, partaient, contents de plaire

Au devoir, à l’honneur, à l’immense atmosphère,

Aux grands signaux humains brûlant sur les sommets.

Ils dorment, à présent, saccagés dans la terre

Qui fera jaillir d’eux ses rêveurs mois de mai...

— Songeons, le front baissé, au glacial mystère

Que la Patrie en pleurs, mais stoïque, permet.


Ils avaient vingt ans, l’âge où l’on ne meurt jamais...


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout