Voulez-vous 5 autres poèmes du fameux barde Jean Pachot ?

Pas de problèmes, vos désirs sont des ordres ! Lequel préférez-vous ?





Si je m’adonne à la rime 4

Ce qui devrait rester

et qui s’est effacé

demeurent des reliques

et des textes bibliques

des récits homériques

et des versets classés

en livres déclamés

demeurent des vestiges

et des lieux de prestige

contant l’hommage lige

et saluant l’audace

de héros sur la place

Ce qui devrait lester

et qui est délaissé

nous restent des figures

ornées de fioritures

gommant les forfaitures

des statues encensées

aux exploits insensés

Si je m’adonne à la rime 5

Le tout ça

Quand ça va, ça va vite

l’implosion qu’on évite

tous ces états limites

ces gringos qu’on imite

le coca sans mérite

la pensée qui s’hérite

le devoir qui se vide

et le soir qui s’invite

dans un air insipide

Le tout ça qui s’agrippe

aux barreaux où s’étripent

des vaincus sans équipe

Le tout ça où s’abritent

à l’écart des guérites

les nains loin de l’élite

Le tout ça qui s’intrique

la marque de fabrique

des satyres lubriques

Le tout ça qui s’implique

en dehors des suppliques

dans l’espace pudique…

Si je m’adonne à la rime 6

La rieuse



Quand de la mer se lasse,

souple et capricieuse,

la belle ricaneuse

cherchant nouvelle passe,

trace des cercles blancs

autour des tours mutines

des sœurs visitandines

au matin s’enroulant

Cour du lycée Nevers à Montpellier par vent marin

Si je m’adonne à la rime 7

(en dedans, en dehors, n’importe où)

Chant hors du champ marchant

Marche au pas, parle bas