mollisa.fr comme sujet d'étude ! Présentation orale par Joanna Robin école de journalisme

Dernière mise à jour : 7 avr.





Diapo 1 : Isabel Lavarec

Sur le thème des « Ecranvains », concept initié par Gilles Bonnet, j’ai choisi comme objet d’étude le site web de l’autrice Isabel Lavarec.






Diapo 2 : Isabel Lavarec alias Mollisa



Originaire de Montpellier, Isabel Lavarec écrivaine, a publié son premier roman jeunesse en 2016. Lauréate au concours international littéraire des Arts et Lettres de France en 2019 et 2020, pour les sections conte, nouvelle et roman, l’association lui a décerné une médaille de bronze du mérite en 2021.

Impliquée dans le monde littéraire à travers plusieurs organismes comme La société des gens de lettres et la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, Lire écrire Occitanie, Autour des auteurs, elle se définit comme engagée et féministe. Touche-à-tout, elle pratique le théâtre dans une troupe amateur et s’est initiée à l’art de conter au Centre Méditerranéen Langue Orale (Cmlo) et à la pratique des entretiens en ethnologie avec l’ethnologue Catherine Barrière.




Diapo 3 Carrière dans l’enseignement

:

Aujourd’hui retraitée, Isabel Lavarec a exercé en tant que professeure agrégée des Sciences de la Vie et de la Terre en école, collège, lycée, universités et IUFM. Son métier et son parcours l’ont amené à voyager dans différents pays, départements et Territoires d’outre-mer en

France, Algérie, Martinique, les Comores, Tahiti et bien d’autres départements métropolitains. Elle a écrit de nombreux ouvrages spécialisés dans sa profession tels que des manuels scolaires et des articles pédagogiques.




Diapo 4 : Ses œuvres littéraires

Elle transmet désormais son expérience de vie au travers de romans policiers, fantastiques et historiques, des contes et des nouvelles destinés à un public jeune comme pour la série de romans Halinea et Naïs et Totoche (montrer les livres). Mais également aux adultes avec « Un

cadavre à la consigne » et « Lili la première femme de Vitruve ».

Depuis son adolescence Isabel Lavarec se surnomme Molisa qui est la contraction de son nom de jeune fille Molina, et de son prénom Isabel. Il y a quelques années elle avait acheté un domaine internet pour obtenir molisa.fr mais après avoir oublié de le renouveler, elle a été contrainte d’y ajouter un L. Son site web actuel porte ainsi le nom de Mollisa.fr et on va s’y pencher de plus près ensemble. Juste avant je souhaiterais dresser un bref panorama des plateformes numériques usitées par l’autrice, car elles sont nombreuses.




Diapo 5 Pratiques numériques

On remarquera l’intérêt porté par Isabel aux outils numériques. Loin d’elle l’envie de se cantonner à l’ennui, l’autrice explore toujours de nouveaux lieux d’échange comme TikTok

où elle s’initie depuis peu. Néanmoins, Mollisa.fr, Facebook et Instagram restent les plateformes les plus actives, les plus alimentées, et constituent sa communauté la plus réceptive.

Très active sur le web, elle distingue les usages spécifiques de chaque plateforme : sur

Facebook il y a un équilibre entre autopromotion et partages personnels. Sur Instagram : les partages personnels primes. Et sur son site web c’est l’aspect vitrine qui domine.




Diapo 6 : Mollisa.fr

Ce fameux site web de l’autrice a été entièrement créé et reconfiguré il y a 5 ans. Elle m’a confié ses débuts laborieux, d’autant plus qu’à l’origine il était conçu pour des restaurateurs.

C’est un site à la fois « vitrine » dont l’objectif des rubriques « Kit presse », « romans » et « boutique » vise à promouvoir l’activité littéraire d’Isabel Lavarec. On pourrait ainsi

qualifier mollisa.fr d’outil de médiation entre l’autrice et son œuvre. Mais c’est à la fois aussi

un espace de co-partage personnel qui inclut un blog. Dans cet espace blog, elle se livre

davantage en partageant des publications variées : poèmes de ses amis comme Jean le Barbe ou des articles scientifiques et littéraires.

La page d’accueil qu’on voit défiler se présente un peu comme un « mur d’actualité » de

l’activité littéraire d’Isabel Lavarec. Sur cette page principale différents types de contenus

multimédia sont présentés. Le visiteur est face à de la littérature numérisée avec les

couvertures des romans présentés à plat, des liens hypertextes externes avec la section « on en parle », des photos, des vidéos et de la messagerie avec la boîte de dialogue. Toutes les rubriques, blog, biographie, boutique, contact etc. sont disponibles en tous lieux sur le site par le biais de la barre de navigation en haut de page.



Diapo 7 : Formats mobilisés


Trois leviers essentiels sont mobilisés sur Mollisa.fr. On retrouve le levier multimédia, avec

la multiplicité des types de formats. Adepte des vidéos, Mollisa s’en sert pour promouvoir

elle-même ses œuvres, pour répondre aux questions de ses lecteurs et illustrer ses contes

nativement numériques.



Diapo 8 : Formats mobilisés

Bien qu’il ne soit pas question ici d’animation conduite par le visiteur, comme on l’a vu au travers de la poésie animée, c’est la mise en abîme par la vidéo de l’œuvre papier (donc le livre) et de l’histoire fictionnelle intangible en elle-même qui m’a interpellé sur ce levier animation. Ces vidéos durent entre une et deux minutes et mettent en scène des personnages animés, ce qui personnalisent les héros et héroïnes et les rendent acteurs du résumé des romans ou des contes de l’autrice.


Diapo 9 et 10 : Formats mobilisés

Et enfin l’interactivité, le site n’a pas pour vocation une relation unilatérale où l’écrivaine prend en charge seule le contenu : Isabel Lavarec n’hésite pas à répondre aux commentaires et

à les divulguer et accepte volontiers les remarques constructives, créant ainsi du lien avec ses lecteurs. Comme évoqué précédemment, elle s’est déjà enregistrée (un peu à la manière d’un live sur les réseaux sociaux) pendant une question réponse avec ses lecteurs en tant que « mamie aux cheveux bleus ».













Diapo 11 : partages : Un site vitrine oui mais pas uniquement…

Dans les différentes rubriques notamment celles qui présentent les romans, des contributions extérieures viennent enrichir le contenu comme des poèmes de personnes extérieures inspirés directement des œuvres de Mollisa, des critiques littéraires d’autres blogueurs et des sections« on en parle » répertoriant ses échanges avec différents médias journalistiques.


Diapo 12 : Comparaison avec Instagram

C’est sur les réseaux sociaux et notamment Instagram que la vie quotidienne de l’autrice est mise en avant, elle partage des instants de vie quotidien à la façon du journal de François Bon ou le compte Instagram de Martin Page.



Diapo 13 : Conclusion

Selon moi,

mollisa.fr se veut à l’image de sa créatrice tant par l’aspect esthétique que par ce qui s’en dégage. Les couleurs pastel rendent compte de sa personnalité joyeuse et bienveillante. L’esprit pédagogue lui, dans ses approches multimédia et ses partages sur son blog. La notion d’ « écranvain » initié par Gilles Bonnet se retrouve ici, non pas seulement puisqu’Isabel Lavarec est autrice et qu’elle alimente des lieux communs d’expression sur le web, mais parce qu’elle s’empare à son niveau des moyens numériques qui permettent de, pour la citer : « casser des murs pour construire des ponts. Que ce soit ériger des ponts entre le savoir construit en classe et le quotidien ou pour casser des a priori, des ignorances, des rejets subjectifs… ». A la manière des autres écranvains, elle soutient un engagement pour que la littérature vive, et surtout que le texte littéraire agisse sur la réalité.


Diapo 14 : Remerciements


4 vues0 commentaire