• Isabel Lavarec

Et 5 nouveaux poèmes du célèbre barde Jean Pachot

Affaires de famille

Les petites familles

contemplent leur nombril

d’un œil attendrissant

On fait des photos





On y voit l’oncle Arthur

moustache conquérante

-expression consacrée-

Un jeune en uniforme

peut-être en permission

arborant fièrement

son képi rutilant

Mais qui donc est devant

assise et tricotant

un chat sur les genoux

Hélas, qui donc pourrait

le dire aujourd’hui,

les témoins sont partis

et leurs voix se sont tues

Ils posaient, temps de pause

pour faire éternité

d’un clic instantané

C’est un legs en sépia

de cols endimanchés

souriant à l’oiseau ,

celui qui va sortir

libéré de la boîte

où nichent les visages

Dans les grandes familles

on joue les orgueilleux

pour hausser le cliché

d’un chapeau à reflets

et ample lavallière

L’aïeul maître de forges

épinglé en ovale

nous toise de son haut,

seigneur des cheminées

qui drapent la vallée

de leurs fumées acides

Orné d’un ruban rouge

pour sévices rendus

il parade en ses murs

dont de fiers descendants

dévoilent le dimanche

les fastes endormis

aux badauds ébahis

Familles et lignées

en figures figées…




Intermezzo

Ego portrait (1)

à quatre temps

pour un n’auteur

à implosion(s)

(1) merci aux amis québécois pour cette savoureuse version francophone de l’horrible « selfie »

Être parmi…

une fourmi

Être partout

un rien du tout

Être surtout

un fourre-tout

Être là bas

en contre-bas

et être ici

bien imprécis

Être friable

un grain de sable

Être à l’antique

avec mes tics

Être hors du temps

mais fort d’antan

Être bizarre

pas égrillard

Être brouillard

mais pas braillard

Être en sillage

vers quel village ?

Être au rivage

…gare au mirage

Être rétro

oui mais pas trop

Être d’hier

..sans être fier

Être flot Loire

pour tout miroir

Être sentier

des jours entiers

Être ignorant

et mal orant

Être mariole

et fou d’Êole

Être Cassandre

au goût de cendre

Être à venir

ou s’abstenir

Être inconnu

et biscornu

Être ingénu

…mais si ténu

Être peut-être

toujours à naître

Être multiple

dans ses périples

Être ahuri

…pas abruti

Être épaté

…pas empâté

Être banal

pâle fanal

Être frugal

un rien rural

Être mélange

sans aile d’ange

Être une frange

qu’un rien dérange

∴Être inconstant

et mal comptant

Être puéril

hors des périls

Être futile

et inutile

Être fragile

et peu agile

Être possible

bien que risible

Être fossile

bien trop docile

Être aberrant

au pif errant

Être parlant

en mots verlan

Être obsolète

sans arbalète

Être à la fête

à l’âge bête

Être sensible

bien que sans cible

Être malin

..mais point malsain

Être champêtre

fruit des ancêtres

Être un urbain

cuit dans son bain

Être écrivain

…le croire en vain

Être en chemin

sans parchemin

Être paresse

un brin caresse

Être allégresse

un train d’ivresse

Être autrefois

griffé d’effroi



Être aujourd’hui

de miel séduit

Être sans âge



ni fou ni sage

Être un mirage

mis en image

Être curieux

point trop sérieux

Être malice

au goût pastis



Être harmonie

égo phonie



Être fanfare

quai de la gare

Être un orchestre

à ma fenêtre



Être un jazz band

dans ma swing land


Être cymbale

ouvrant le bal

Être trombone

jouant l’eau bonne

Être le fifre

faisant le pitre

Être tambour

battant le jour



Peuplement….

Comme on « a ses têtes »

- honnies ou chéries –

le jour a ses heures

certaines boudeuses

d’autres plantureuses

certaines pimpantes

d’autres languissantes

certaines classiques

d’autres en déclic

pour peupler mes jours

des heures boutiques

frontons esthétiques

des heures couloir

ou faire valoir

des heures fantasques

de bazar foutraque

pour peupler mes jours

Comme on a sa fête

modeste et secrète

l’entour a ses leurres

qui ornent ma cour

agenda d’eau vierge

même si stagnante

mais privée de saints

et de pleine lune

pour peupler mes jours

Comme on a sa quête

-indéfinissable-

le contour des jours

se drape de flou

aux lueurs d’un feu

fuyant les prophètes

absents des sutures

d’âges provisoires

H et h

Glauque découverte

par l’Histoire offerte

paraît la figure

par-dessous le masque

de celui qui dit

prétendre être l’Homme

statue de héros

noble et généreux

portrait lumineux

parcourant les siècles

Mais qui osera

porter la réplique

aux discours du Sage

contant cette fable

Qui osera dire

que

l’Homme n’a pas d’âme

si n’en eût jamais

dans aucun jadis

que

l’Homme n’a pas d’âme

autre qu’en conquête

d’allées impériales

que

l’Homme n’a pas d’âme

sauf en grand secret

que nul ne connaît

Qui osera dire

que seul compte l’homme

humain minuscule

guettant le reflet

lu dans le regard

d’un égal ego

L’instant…occitan propos de réveil

Je suis le baroudeur de l’instant

l’explorateur des nano secondes

quand le sommeil s’attarde et bavarde

épris de sa propre vérité

Enfin ce jour je vois des nuages

trop souvent aux abonnés absents

dans ce ciel obstiné occitan

sauf à y décharger leur surpoids

Rien que pour ces îles parsemées

au bleu osant disputer l’espace

cela valait bien d’ouvrir un œil

Rien que pour effilocher le temps

et m’arracher à son obsession

cela méritait de pendre pied


  • Amazon Icône sociale
  • Tumblr sociale Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône
  • White Instagram Icon

© Copyright 2023 by Springfield School. Proudly created with Wix.com