Et 5 nouveaux poèmes du célèbre barde Jean Pachot

Affaires de famille

Les petites familles

contemplent leur nombril

d’un œil attendrissant

On fait des photos





On y voit l’oncle Arthur

moustache conquérante

-expression consacrée-

Un jeune en uniforme

peut-être en permission

arborant fièrement

son képi rutilant

Mais qui donc est devant

assise et tricotant

un chat sur les genoux

Hélas, qui donc pourrait

le dire aujourd’hui,

les témoins sont partis

et leurs voix se sont tues

Ils posaient, temps de pause

pour faire éternité

d’un clic instantané

C’est un legs en sépia

de cols endimanchés

souriant à l’oiseau ,

celui qui va sortir

libéré de la boîte

où nichent les visages

Dans les grandes familles

on joue les orgueilleux

pour hausser le cliché

d’un chapeau à reflets

et ample lavallière

L’aïeul maître de forges

épinglé en ovale

nous toise de son haut,

seigneur des cheminées

qui drapent la vallée

de leurs fumées acides

Orné d’un ruban rouge

pour sévices rendus

il parade en ses murs

dont de fiers descendants

dévoilent le dimanche

les fastes endormis

aux badauds ébahis

Familles et lignées

en figures figées…




Intermezzo

Ego portrait (1)

à quatre temps

pour un n’auteur

à implosion(s)

(1) merci aux amis québécois pour cette savoureuse version francophone de l’horrible « selfie »

Être parmi…

une fourmi

Être partout

un rien du tout

Être surtout

un fourre-tout

Être là bas

en contre-bas

et être ici

bien imprécis

Être friable

un grain de sable

Être à l’antique

avec mes tics

Être hors du temps

mais fort d’antan

Être bizarre

pas égrillard

Être brouillard

mais pas braillard