blob 4.png

Contes

On parle de conte ou de récit étiologique (ou : conte du pourquoi) lorsqu'une histoire, orale ou écrite, a pour but de donner une explication imagée à un phénomène ou une situation dont on ne maîtrise pas l'origine.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram

Pourquoi les blobs sont-ils voraces ?

Je m’appelle Bloby. Je suis un blob, vous savez, l’être vivant qui ressemble à une omelette. Je n’ai ni bouche, ni pattes, ni cervelle. Mais, je me déplace sans problème, m’adapte à toute situation et me régale de microbes, moisissures et champignons. Beaucoup disent que je suis intelligent, me traitent de bolide parce que je suis capable de faire des pointes de 4 cm à l’heure !  

Ce sont les mêmes qui disent aussi que je suis goinfre.  Ben quoi ? J’ai le droit puisque je suis ce que je suis !

Savez-vous seulement pourquoi je suis vorace ? Non ? Je vais vous raconter mon histoire à la mode blob.

Il était une fois, il y a longtemps, une forêt où la nourriture était abondante, où mon ancêtre, Blobo, vivait en harmonie avec les fées, les végétaux, les animaux et bien d’autres choses vivantes encore.

Il était une fois, un lanceur de défis parmi ce monde forestier qui ne pensait qu’à s’amuser. Il avait organisé, cette fois, une course où toutes les sentes, en forme de labyrinthe, débouchaient dans une mare pleine de bactéries en chorégraphie.

Alléché par l’odeur de son mets préféré, mon hardi et gourmand aïeul traversa le dédale en un rien de temps et battit tous les records. Content de lui, en attendant les concurrents, il phagocyta tant de flagellés qu’il gonfla grandement et s’endormit, forcément. 

Nous voilà cette fois, devant un blob repu, mais ratant le podium pour cause de délirium !  Quelle humiliation ! De mémoire d’animaux et de végétaux, on n’avait jamais vu ça. Blobo était devenu la risée des poussahs, ramponneaux, gringalets, amis et ennemis. Quelle honte ! À chaque raillerie, ils dansaient tous ensemble la salsa des sympas !

Blobo n’en pouvant plus, fit le serment de maitriser ses repas. 

Malgré cette mésaventure, la vie était belle en ces temps-là !

Mais, hélas, il fut un jour où les cieux se couvrirent de poussières, où il plut des cailloux et où une boule de feu venant du ciel frappa la Terre. De nombreux arbres moururent, les animaux terrifiés détruisirent tout sur leur passage et les griffes d’un mastodonte découpèrent en quatre morceaux la planaire, l’amie de mon ancêtre. Il en resta figé et ne put rien faire pendant un court instant. Puis, la pleurant, il essaya de réunir les morceaux pour l’inhumer près d’une saponaire…

Étonnant, époustouflant, le croirez-vous ? Il n’y eut aucun mort ! Comme par féérie, chaque fragment de l’animal engendra une nouvelle planaire et, il y en eut quatre d’un coup ! Véridique ! 

  • Comment est-ce possible ? demanda mon aïeul à ses nouvelles amies. Quelle est votre formule magique ?

Il ne put entendre la réponse, il fut déchiqueté à son tour. Et d’un seul coup, son monde s’effondra. Dans une détresse indicible, il fit un dernier effort et somma ses lambeaux de se régénérer à la mode planaire. Mais rien ne se fit.

C’est alors qu’il entendit une voix émergeant du fond des bois :

  • Accumule des réserves et abandonne les petits poids. 

Se sentant coupable d’avoir cédé aux chants des sirènes de la mode, désespéré, il hurla : 

  • Ô rage ! Ô désespoir ! Ô maigreur ennemie !

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

 Entre deux sanglots il implora les fées, ses amies :

  • Sauvez-moi, je vous en supplie, je ne veux pas être le dernier de ma fatrie.

Aussitôt, une lumière orange enveloppa les différents morceaux et un souffle chaud les picota. Très vite, comme attirés par un aimant, les éléments se soudèrent et formèrent un tout délicat.

Wahou les amis, les fées donnèrent une belle leçon ! « Réunir les épars pour créer l’unité !  Est-ce ainsi que l’on sécrète son intime sérénité ? »

Mais cette fois encore, la tempête n’était pas terminée. Les forêts traversées par des vents violents, brûlée par un soleil ardent, transformèrent Blobo en sclérote. 

Vous connaissez ? Le sclérote est notre capsule pour passer le mauvais temps. Super n’est-ce pas ? Ouais ! Mais, elle est toute petiote et là-dedans on est seul pour longtemps. Ce n’est pas épatant. Voilà pourquoi, avant d’entrer dans sa dorlote, mon ancêtre énonça sa parlote :

“Mange, mange, mon p’tit renvoi, autant que tu le pourras. Ainsi, telle la planaire, tu te régénéreras. Manger sera ta nouvelle loi !”

C’est de bon aloi, vous ne trouvez pas ?

Il vint enfin la fois, où une pluie légère et douce me réveilla à l’ombre d’une branche fleurie… 

Et, cette fois, c’était bien moi, tel que je suis, sans émoi !

Comme un prince au bois dormant, moi, Bloby, je m’étirai pendant un long moment, puis, pris par une grosse faim, je rampai jusqu’à la mare pleine de bactéries en chorégraphie… et… et… sans vergogne, je les dévorai toutes ! 

Me voilà devenu le blob le plus goulafre de la planète. Celui qui adore la nouvelle loi et l’applique de bonne foi !

Bon, parfois, je m’empiffre un peu trop, grossis et grandis… Sans me vanter, avec de bons aliments, je peux recouvrir la cour de votre école, et cela sans décoller, parce que je suis ce que je suis ! Et chut, depuis comme la planaire, regénérer, nous pouvons !

Comprenez-vous pourquoi, depuis cette loi, moi et mes descendants sommes devenus voraces ?