Roman policier historique

9782378736910_edited.jpg

Livre Broché 18 euros

couverture_poche_un_cadavre_%25C3%25A0_l

Livre de poche 8 euros

Un cadavre à la consigne

Editions Ex-Aequo

 

 

Enquête policière sur fond historique, placée juste après l’hécatombe de la guerre qui a entraîné perte de repères et banalisation de la mort. Dans un style imagé non dépourvu d’humour, cette fiction inspirée d’un fait réel, fait prendre conscience de l’importance de l’être humain et de la nécessité de donner un sens à sa vie

 

Une disparition, un cadavre dans une malle. Dans un contexte patriarcal d’après-guerre , l’épouse d’un riche négociant, féministe engagée, est la coupable idéale. Mais est-ce aussi simple ?

Pour quoi ce roman policier ? Pour se questionner, s'informer, s'évader
2.photo interview radio nova.png

Isabel Lavarec, auteure présente la sortie de son roman policier historique « Un cadavre à la consigne » aux éditions Ex-Aequo.

http://podcasts.radiofmplus.org/…/SCENORAMA-Vendredi-20-Dec…

pub livre+article midi libre 2.png

Un cadavre à la consigne

Policier historique

 

 

 

 

 ISBN : 978-2-37873-691-0

Collection : ROUGE

Issn : 2108-6273

Dépôt légal : Avril 2019

© 2019 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction intégrale ou partielle, réservés pour tous pays.

Toute modification interdite

 

Éditions Ex Æquo

6 rue des Sybilles

88370 Plombières Les Bains

 

www.editions-exaequo.com 

 

 

             La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir le droit de monter à la tribune.

                                                                                                            Olympe de Gouges

 

 

***       

1

 

 

 

Alexandra Rostova est en nage. Elle étouffe, se réveille, regarde la pendule : c’est l’heure ! Depuis le départ (départ ou abandon ?) de son époux, elle fait régulièrement ce même cauchemar : longue et intense émotion… elle court se rafraîchir dans la salle de bain, s’enferme à clé… soudain des pas sourds dans la chambre… elle se cache derrière la baignoire… une cavalcade… Elle tremble, ses poils se hérissent… elle a froid… silence… Son cœur bat encore plus fort… elle attend… ses tempes s’affolent… les minutes semblent des heures… le silence pesant persiste… elle sort de sa cachette, pousse tout doucement la porte… personne, la voie est libre… la fenêtre est restée ouverte… elle doit la refermer. Sans bruit, sur la pointe de pieds, elle court la fermer, en rejoignant son lit, elle aperçoit un GISANT ! Elle se fige. Que fait cet homme couché à plat ventre par terre dans sa chambre ? Elle bloque sa respiration. Son cœur s’emballe. Il va sortir de sa poitrine, le bonhomme va l’entendre. Le corps ne bouge pas. Respire-t-il ? Elle s’en approche à pas de loup, il est MORT ! Sa respiration s’accélère… Qui est-ce ? Et Georges qui n’entre pas… Elle essaye de le retourner… Impossible… elle essaye encore… en vain… elle se réveille en nage…

Ce cauchemar récurrent l’inquiète. A-t-elle réellement trouvé un mort ? Ces pas ont-ils vraiment existé ? Elle se lève, va dans la salle de bain, passe de l’eau sur son visage, l’essuie, scrute son visage dans le miroir ovale, met en ordre ses sourcils, s’étire longuement et finit par imputer le mauvais rêve à ses lectures. Elle se recouche, prend le journal posé sur la table de nuit, parcours les titres… « Landru… encore ce tueur professionnel. On ne peut plus ouvrir un journal sans qu’il fasse la une. Plaint-on les victimes ? Non ! Elles sont à peine nommées. Des inexistantes, leur mort semble anecdotique. Pourtant, que serait-il advenu de la France si les femmes n’avaient pas été là pendant la guerre ? Énervée, elle tourne rapidement les pages. Une photo de son couple l’arrête. Quoi ? Georges Rostova, l’élégant directeur aurait disparu… d’après la rumeur publique, sa femme pourrait en être la responsable… » Yeux écarquillés, elle reste sans voix. Puis, dans un accès de rage un cri rauque sort enfin de sa gorge, elle froisse énergiquement la feuille, la jette par terre, la piétine avec hargne.

— Il aurait disparu et je l’aurais tué ? C’est du n’importe quoi ! Messieurs les journalistes, il faudrait vérifier vos dires ! En ce moment, Monsieur Rostova Georges doit être dans les bras de Morphée ou dans ceux de sa belle-de-nuit quelque part en France ou au Mexique. Je le déteste ! Il n’est jamais là lorsque j’ai besoin de lui.

Une envie folle de manger la submerge. Elle fouille les placards de la cuisine et de la réserve. Il ne reste pas grandchose. Rien d’étonnant à cela, Georges ne subvenant plus de façon régulière aux dépenses quotidiennes, l’épicier du coin hésite à leur faire crédit. « Quelle honte ! Avoir été obligée d’emprunter une grosse somme à Félicien pour pouvoir aller au Mexique ! Être tombée si bas… si mon premier mari voyait cela ! Bon, les jérémiades seront pour plus tard, pour l’instant ce bocal de pâté fera l’affaire. »

— Heureusement, dit-elle la bouche pleine, il ne reste plus qu’une semaine avant notre départ. Georges sera-t-il de retour ? Peu importe, il n’est qu’un époux. Alexandra Rostova, tu es mère avant tout et Marguerite ta seconde fille, réclame ton aide… Pauvre petite chérie, son mari malade, elle a du mal à s’occuper de son fils et du grand magasin. Ma petite chérie, bientôt nous serons réunies…

En imaginant la tête de Georges devant l’ardoise qu’il devra régler, elle ne peut s’empêcher de rire.

— Cette fois, l’ami, ce sera toi l’abandonné ! 

Malgré le pain rassis, le pâté accompagné d’une gorgée de vin rouge bu au goulot la réconforte. Retournant se coucher, elle marche avec délectation sur le journal, le déchire en mille morceaux et tels des confettis, les lance en l’air.

— Georges l’hidalgo, tu m’as trompée au sens propre et figuré du terme. Le séducteur du Mexique, gentil mari et papa adoptif admirable pour mes filles, s’est vite transformé en monstre, en arrivant en France. Tu as dilapidé mon héritage, la dote de mes filles, mais en hypocrite pervers que tu es, tu te débrouilles toujours pour tirer la couverture à toi… Tu es trop fort pour moi, je te quitte. Je n’aurais jamais dû t’épouser.

Le portrait prônant sur la table de chevet, lancé avec force contre le mur ne résiste pas au choc, des éclats de verre éclaboussent le parquet.

 

***

2

 

En ce matin d’août, les volets fermés aux trois quarts pour filtrer la lumière et éviter que la chaleur ne pénètre dans la pièce, le commissaire aux délégations judiciaires, Raphaël Tanguy, grand, regard perçant, moustache épaisse, lisse son bouc poivre et sel en observant son bureau. Après une semaine passée dans le sud de la France, il est heureux de reprendre le collier.

Bien que les inspecteurs Pendu et Belorgane aient résumé les quelques affaires traitées pendant son absence, il est déçu de n’apercevoir que peu de chemises sur la table. Comme à l’accoutumée, il commande un café, s’installe confortablement dans son fauteuil et prend connaissance du premier dossier posé sur la petite pile des chemises à consulter. Il feuillette rapidement « l’Affaire Rostova » comportant photos, textes et coupures de journaux.

— Voyons de quoi s’agit-il ? Attroupement au square La bruyère au niveau de l’habitation du couple mythique Rostova et trouble de l’ordre public…

Il commence par les écrits, s’insurge contre les textes-ragots.

— Le bonhomme aurait disparu et on accuse déjà la femme ? C’est quoi cette histoire ?

Il poursuit la lecture des documents collectés par ses deux acolytes.

— Indiscrets et indiscrètes, murmure-t-il excédé, s’intéressent à ce couple qui focalise une certaine presse qui, sans nuance, confectionne des couronnes de louanges au mari franco-mexicain, riche entrepreneur, commerçant avec les Russes, Américains, Mexicains et des tresses de cactus aux piquants bien acérés à l’épouse féministe, faisant salon dans un quartier très calme de Paris…

Les photos le font sourire. Monsieur Georges Rostova, un peu ventru à la moustache accrocheuse, vêtu de façon confortable, représente l’homme idéal de ce début de siècle ; madame Alexandra R., grande bourgeoise modern style, a l’allure assurée de la journaliste et écrivaine engagée qu’elle est, souvent photographiée aux côtés de son pseudo hidalgo, attise sans doute l’imagination des veuves en mal de maris. Elle doit être enviée, mais son regard triste est là pour rassurer ceux qui craignent l’arrivée en masse des garçonnes.

— Eh oui ! L’après-guerre est difficile, les gens ont besoin de rêver, dit-il en prenant quelques notes, leurs feuilles de chou doivent se vendre comme des p’tits pains !

Cependant, l’inégalité de traitement du couple indispose le commissaire qui milite discrètement pour l’égalité hommesfemmes. Pourquoi tant de méchanceté et de hargne contre cette dame ? Serait-elle un monstre ou ferait-elle peur par ses côtés femme libre, faisant fi des conventions sociales ? La guerre aurait dû secouer les mentalités, mais force est de constater qu’il y a des réfractaires à toute évolution.

Des gouttes de sueur perlent sur son front.

— Cette veste, grommelle-t-il épongeant son visage, est bien trop chaude pour la saison, demain je mettrai un costume de toile. 

 L’air marin lui fait défaut, il se lève, glisse une feuille blanche dans un dossier posé sur la table du fond, revient lentement à sa place, range la gomme dans le plumier de son enfance, essuie consciencieusement l’encre de sa plume pour éviter qu’elle ne sèche, puis avec précaution, range le porteplume dans sa boîte en frôlant sa pipe au passage. De retour à son bureau, il revient sur le dossier Rostova, retire la photo d’un groupe de féministes brûlant le Code civil sur la place de la République. Muni d’une loupe, il reconnaît la charmante journaliste.

— Bravo ! dit-il avec admiration. Une femme engagée qui passe à l’acte… mais… elle semble jeune, c’était bien avant la guerre.

Il se souvient de cet événement, les manifestantes avaient attiré les journalistes pour faire valoir leurs revendications. « Il est vrai qu’avec la tendance nataliste actuelle le statut des femmes est en pleine régression. La loi de juillet interdisant contraception et avortement, n’arrange rien. La guerre n’a été qu’une parenthèse d’indépendance pour elles. La paix revenue, elles restent toujours soumises à l’autorité maritale pour tous les actes de la vie civile : elles n’exercent aucune puissance maternelle sur leurs enfants et n’ont aucun regard sur les biens familiaux. Les chefs de famille peuvent tout dilapider impunément. Une femme ne peut devenir un être autonome. Le féminisme revendiqué par les suffragettes est de plus en plus mal accepté. Seul un féminisme familial et maternel est bien vu aujourd’hui… »

Bayard depuis son enfance, il n’accepte pas l’injustice. D’ailleurs, il a choisi ce métier pour être à la recherche de la vérité ou du moins à la recherche de preuves pour établir une vérité, favoriser un jugement équitable et l’obtention d’une juste punition. Il remet la photo à sa place, range la chemise.

— Il n’y a là que ragots et fantaisies journalistiques ! Pas de plaintes, pas de preuves. Rien qui vaille la peine pour un policier et encore moins pour un commissaire. 

Sans pouvoir fumer, ces minutes de flottement l’irritent et le fatiguent. Il reprend sa pipe, la cure avec soin, la bourre par automatisme. Onze heures vingt, il hésite, dans peu de temps il mangera du bœuf carotte. Il ne veut pas dénaturer, le goût de cet excellent mets avec le tabac…

— Pourtant, bougonne-t-il en allumant machinalement la pipe, le bonhomme n’a pas toujours fait preuve de grande élégance envers ses maîtresses… Selon les dires, il aurait disparu depuis environ onze jours... Disparu ? Pourquoi disparu ? Ne serait-il pas plutôt en vadrouille avec une gourgandine ? Pourquoi personne ne pense à une fugue ou à un accident ? Disparu ! Il n’y a aucune preuve de sa disparition et certains accusent déjà sa femme de l’avoir tué.

D’un geste brusque, il reprend la chemise « Rostova », s’attarde sur le portrait de la dame en s’amusant avec l’embout d’ébonite brunâtre puis, feuillette une nouvelle fois la liasse de pages en tirant avec délice une bouffée de fumée… 

— Le mari aurait disparu, marmonne-t-il en posant sa pipe, mais pourquoi l’épouse, journaliste, et le frère, homme politique, ne réagissent-ils pas ? Étonnant. Tout cela n’est donc que sornettes et histoires à dormir debout. Mais il n’y a jamais de fumée sans feu ! Cependant, de nombreuses hypothèses peuvent être émises : monsieur Rostova a réellement disparu et nous retrouverons son cadavre quelque part dans la nature ; le Rostova en question, grand négociant, reviendra les poches pleines de roubles ou de dollars passés à la sauvette. La réalité humaine peut-être de grande noirceur…

Il en sait long là-dessus. Pestant contre tous ces on anonymes qui attaquent, critiquent, éreintent une femme transgressive et sonnent l’hallali, sans jamais se mouiller, il a besoin de fumer. 

— Des lâches, des infâmes ! Sans plainte officielle, la police ne peut rien faire. Impossible de lancer une quelconque investigation et donc d’approcher ce couple mythique que l’on dit avant-gardiste.

Il inspire profondément, regarde l’heure sur l’horloge murale : 12 h 10. Pause chez Philistin pour la daube ! Enfin quelque chose d’agréable.

Ernest Blondin, le juge d’instruction du quai, ami d’enfance, doit être déjà installé à l’attendre. Le bœuf-carottes au vin rouge, préparé par le chef est un régal. À ne pas manquer. Il doit filer rapidement.

En passant devant le bureau d’accueil du commissariat, il est interpellé. Un chauffeur de taxi demande à le voir. Tanguy hésite, le bœuf-carotte n’attend pas.

— Monsieur le commissaire, c’est au sujet de mon patron… Enfin… Heu… de monsieur Rostova que je considère comme mon patron.

— De qui, dites-vous ?

— Monsieur Rostova, le directeur de l’agence pétrolière située rue Chaptal. Il a disparu. Je voudrais porter plainte contre X pour lancer des recherches.

— Suivez-moi.

Installé devant son bureau, le commissaire plein de bienveillance prend son temps pour sortir ses affaires. Le chauffeur de taxi note chaque geste. Il les refera le moment voulu, devant son voisin qui le nargue parce que lui travaille à la poste.

— Donc ? demande Tanguy.

— Le vendredi 30 juillet au soir, j’ai déposé mon client devant chez lui, au square La Bruyère. Avant de sortir du véhicule, il m’a donné rendez-vous pour le lendemain 8 heures. Je devais l’emmener boulevard Voltaire où il devait rencontrer des hommes d’affaires. Il a beaucoup insisté pour que je ne sois pas en retard. Son rendez-vous était très important. Et, il m’a fait faux bond. Pas content, je me suis rendu au lieu où je devais le conduire. « Monsieur Rostova n’est pas venu » m’a-t-on répondu. Étonné, je suis allé chez lui. Son épouse m’a ouvert. Son mari avait quitté la ville de toute urgence. Elle a précisé qu’il ne reviendrait que plus tard. Quand ? Elle ne pouvait pas le dire. Elle-même devait quitter Paris. Il y avait une chapelière à l’entrée, je lui ai proposé de l’accompagner à la gare du Nord, parce que c’est là qu’elle devait prendre le train. Elle a refusé d’un drôle d’air. Tout cela m’a semblé d’autant plus louche que je la sais violente, jalouse… vous savez, son mari raconte sa vie dans la voiture. Pensez ! Elle a déjà essayé d’étrangler son homme. Voilà monsieur le commissaire. La disparition soudaine de monsieur me semble anormale. Je signe où ma déclaration ?

Tanguy regarde l’heure. Son ami a dû partir, le bœufcarottes sera pour une prochaine fois. Aujourd’hui, il se contentera d’un café et de la brioche mise ce matin dans son sac par sa femme. Il continue à interroger le chauffeur de taxi. Ces déclarations corroborent les ragots enfermés dans le tiroir.

« Enfin, nous allons pouvoir agir », se réjouit-il en silence.  

argumentaire%20alex_edited.jpg

Commentaires de Jean et Geneviève Pachot

Je viens de terminer la lecture de ce polar … pas comme les autres!

Pas comme les autres, encore que la pipe soit pour le commissaire humaniste un outil indispensable à la gestation de sa réflexion, ce qui n'est pas sans rappeler certaine illustre référence !

Pas comme les autres cependant car à la toute fin, l'énigme n'est pas entièrement dénouée et une part de mystère est emportée par la protagoniste, laquelle d'ailleurs demeurait étrangement opaque à elle-même… mon langage n'est pas très "psy" orthodoxe !!!

Et c'est ce qui a fait pour moi l'attrait du livre : le Vrai n'est jamais atteint et la société doit se contenter de compromis.

Mais "l'opinion publique" est insatiable et veut tout savoir ; j'ai en mémoire l'affaire Villemin qui ne cesse de refaire surface ...et Marguerite Duras qui, elle, quelle chance, avait tout compris par instinct !!! Sans parler de Dominici si bien perçu, lui, par son compatriote Giono…

Il faut savoir accepter dans les affaires humaines de ne pas tout savoir et de préserver la part d'irréductible non élucidé et d'ailleurs non élucidable...Qu'on se le dise à l'époque du Big Data qui prétend mieux vous connaître que vous-même ! ("ces choix vous ressemblent" non mais quoi encore !)

Je me suis posé une question, mais peut-être suis-je dans l'erreur, la personnalité d'Anna de Noailles n'aurait- elle pas été par certains côtés l'une de sources de l’auteur pour bâtir le personnage central(e) ? Elle qui recevait dans son salon tout le gotha littéraire de ce temps...

Merci de nous restituer l'atmosphère de cette période de l'après grande guerre

Tant de choses dans ce "polar" pas comme les autres!

Geneviève et Jean

📷

Commentaire de Michelle et Marcel

Du suspens. Et on referme le livre sans avoir éclairci le mystère. Sans oublier que le personnage le plus sympathique s' appelle Tanguy !

Côté écriture, une observation : plusieurs fois il a été oublié de mettre une majuscule à des noms propres.

signé

Marcel et Michelle

Réponse de l'auteur :

 

Ne pas éclaircir le mystère était voulu. N'est-ce pas ce qui caractérise la complexité de la vie ? Où se situe la vérité ? Qui peut connaitre la vérité de l'autre ?

Dans les faits de 1920-22,sans preuves réelles, Mme Bessarabo a été condamnée à 20 ans. Son plus grand délit avec preuve, était son état d'écrivaine engagée dans la défense du statut de la femme !!!

La dame est morte en prison quelques jours après que sa fille ait obtenu la grâce du président de la République. Alors ? Coupable ?

Qu'ont-ils jugé en 1922 : l'écrivaine engagée contre les lois faites par et pour les patriarches ? Ou bien le crime ?

Commentaire de Donne-moi ta plume

https://www.facebook.com/2283366418602993/photos/a.2283373368602298/2447822152157418/?type=3&theater


 

Le polar historique est un genre peu répandu et c’est bien dommage, car l’atmosphère qui s’en dégage change des cyber-criminels et autres crimino-hackers très en vogue. Avec « Un cadavre à la consigne », ISABEL LAVAREC offre un peu de fantaisie (et une belle intrigue !) avec une histoire se déroulant au début du siècle dernier.

« Un cadavre à la consigne » ISABEL LAVAREC (Editions Ex-Æquo - Collection Rouge – 18€)

1920 : malgré la victoire, le pays vit des jours troubles et l’absence de repères règne. Avec ce roman historique, ISABEL LAVAREC nous plonge dans une époque méconnue de l’Histoire de France, et dans une société où de nombreux problèmes sociétaux restent à régler. La mort s’est banalisée et le pays subit une hécatombe à bien des niveaux.

Même si c’est un polar, la légèreté de ton de l’auteure offre une narration très fluide, aidée par de nombreux dialogues et de multiples rebondissements. Inspiré d’un fait réel, « Un cadavre à la consigne » met en scène un couple atypique : les Rostava. La découverte de ce corps va perturber leur douce existence et leurs personnalités que tout semble opposer.

Homme d’affaires dans l’import-export qui accumule les maîtresses, sa femme est, quant à elle, journaliste et féministe engagée, n’hésitant pas à dénoncer les injustices sociales. Et c’est ce face-à-face qui fait toute la richesse du roman. « Un cadavre à la consigne » pose également les problèmes inhérents à l’époque, comme le statut de la femme, la justice, l’amour… et l’importance de donner un sens à sa vie. Un bon polar qui change de l’ordinaire.

Commentaire de Nicole Laratte

Nicole Laratte https://www.facebook.com/nicole.laratte


J'ai terminé cette nuit le cadavre à la consigne, je me suis régalée. Un art de camper des personnages et des traits de civilisation pertinents. En Plus une synchronicité avec l'actualité... La malle avec quelqu'un dedans (évasion de Carl's ghon), la grippe espagnole soupçonnée et finalement non, le palud (Corona virus et chloroquine)... Sont ce des visions prémonitoires au moment de l'écriture de ce polar.. Bravo Isabel

Nicole

Commentaire de Crimino Corpus

https://criminocorpus.hypotheses.org/tag/isabel-lavarec

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d'informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles.

Commentaire de Raphaël et Geneviève

Je viens de terminer « un cadavre à la consigne ». Jai beaucoup ri car je me suis projetée.

Je vous félicite pour le suspense des derniers chapitres.

Il est vrai que nous défendons la cause des femmes et surtout condamnons le comportement de l’homme envers la femme. A nous de réagir !!!

signé Geneviève

  • Amazon Icône sociale
  • Tumblr sociale Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône
  • White Instagram Icon

© Copyright 2023 by Springfield School. Proudly created with Wix.com

Carnet 1

Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé de Isabel Lavarec est le carnet d'enquêtes policières n°1. Un vol conduit par effet domino à la mort. En menant l'investigation avec brio Halinea s'aperçoit qu'elle aime son ami le gitan. Ostracisme, racisme, rejet de l'autre, respect de l'autre et communautés forment le thème de ce récit.

Go to link