top of page

Prologue

Après Tunnel vers le passé, Ils sont fous ces Gallo-Romains, Naïs et Totoche, transportés au temps des Gallo-Romains, vivent le troisième épisode de ce séjour en l’an 250.

Dame Cornelia leur avait donné une double mission : sauver son époux pesteux et éviter la propagation du fléau.

Le chef de famille Agricola mort. Les deux protagonistes sont séparés. Eloignés l’un de l’autre pourront-ils éviter la propagation de la peste rouge ?

Totochix resté dans la villa Agricola, où la terrible maladie se répand avec rage, aura-t-il le temps et le courage de chercher seul le tunnel qui les ramènera à leur époque ?

La suite et la fin de cette escale au temps des Gallo-Romains prochainement :

Épisode 4 : Tunnel vers l’avenir

Lectorat : 10/13 ans

7_edited.jpg
Arles.jpg

La Peste Rouge -Escale au temps des gallo-romains T3

https://www.calameo.com/read/000084266d549ba92d20f?page=1

 

Après Tunnel vers le passé, puis Ils sont fous ces Gallo-Romains, Naïs et Totoche, transportés au temps des Gallo-Romains, vivent le troisième épisode de ce séjour en l’an 250.

Pour éviter la pendaison, Naïs et Totochix doivent arrêter l’épidémie de peste rouge. Sans véritables connaissances sur cette maladie et éloignés l’un de l’autre, pourront -ils arrêter la propagation du fléau tueur d’êtres humains ?

Une solution serait de réinventer le vaccin contre la variole ?  Naïs va la tenter.  Réussira -t-elle ?

Une autre solution serait de rejoindre leur époque. Mais Totochix, resté dans la villa Agricola où la terrible maladie se répand avec rage, aura-t-il le temps et le courage de chercher seul le tunnel qui les ramènera chez eux ?

 

La suite et la fin de cette escale au temps des Gallo-Romains prochainement :

Épisode 4 : Tunnel vers l’avenir


Collection : Collection Saute-Mouton
Auteur(s) : 

Isabel Lavarec


Genres : 

fantastiquehistoires fantastiqueslivre jeunesseroman jeunesse

LA PESTE ROUGE

Escale au temps de Gallo-Romains, T.3

Isabel Lavarec

uteur : Isabel Lavarec

Format :148x210

Illustré : oui

Catégorie : jeunesse

Nombre de pages : 96

Prix TTC : 13€

ISBN : 979 10 38807 020

Parution : juin 2023

 

Lisez le début :

https://www.calameo.com/read/000084266d549ba92d20f

 

 

 

L’AUTEURE

 

Après diverses productions spécialisées dans sa profession (manuels scolaires, articles pédagogiques), Isabel Lavarec, ancien professeur agrégé en sciences de la vie et de la terre, continue à transmettre son expérience de vie au travers de romans policiers, romans de science-fiction, contes et nouvelles.

Elle vit dans la région de Montpellier.

 


              

 

 

A SAVOIR/POINTS FORTS

 

Ce tome 3 (qui fait suite à Tunnel vers le passé (T1) et Ils sont fous ces Gallo-Romains (T.2), est un roman de science-fiction  qui situe toujours l’action dans un contexte historique, les Gallo-Romains, dans le Narbonnais et plus particulièrement à Arles et sur le bord de l’étang de Thau.

   

 

contenu/pages intérieures

 

Prologue

 

 

Chez les Gallo-Romains, notre vie n’est pas un long fleuve tranquille. Depuis que, par inadvertance, nous avons fait escale à Arelates, (Arles), notre chemin est jalonné d’embûches. Nous avons atterri en plein attentat. Les Romains voulaient enfumer et rôtir les chrétiens dans leur temple. Heureusement, notre intervention en a sauvé un grand nombre.

Cependant, nous avons été repérés par des légionnaires mal intentionnés, qui nous ont pris en chasse dans les marais. Courir dans l’eau n’est pas de tout repos. Fatigués, frigorifiés, affamés, nous étions en train de glisser dangereusement dans la désespérance, lorsque le susurrement de ma grand-mère a résonné dans mes oreilles : « dans les moments les plus sombres de notre vie, il y a toujours une petite lumière qui nous éclaire. » Et des salicornes dodues, sucrées à souhait, sont apparues à mes yeux.

Ce miracle fut à peine remarqué par Totochix (Totoche en romain), mon ami d’enfance. Pourtant, c’est bien grâce à ma cueillette et à mes connaissances en botanique que nous pûmes nous rassasier et continuer notre périple. 

Se souvient-il de mes diverses interventions pour le tirer d’embarras ? Non. Lors du questionnement chez les druides-guérisseurs, par exemple, je lui ai soufflé pratiquement toutes les réponses.

Il ne s’en est pas rendu compte ! Il a simplement attendu la sortie des grands chefs, pour bomber son thorax et s’écrier : « Naïs, j’ai assuré, hein ? Grâce à moi, nous sommes sauvés. Nous pourrons chercher notre tunnel en toute tranquillité. Sécurité, gîte et alimentation nous sont garantis. Cool. Ils vont nous aider. Que demander de plus ? Félicite-moi. »

Grrr, je l’aurais giflé bien volontiers. Ici, dans la société gallo-romaine, les femmes comptent pour des nèfles, des clopinettes. On les ignore ! Et… et… très vite, Totochix, mon adorable camarade, est rentré dans le moule. Il s’est transformé en phallocrate (en macho). Grrr.

 

Je dois encore le supporter. Sans mon ami, pourrais-je dénicher le tunnel de la villa Agricola, et le fameux poisson gravé sur la paroi qui nous permettra de retrouver nos parents et notre période ? Non. Dès que nous nous approchons de son entrée, nous gagnons un grand coup sur le crâne, et un transport gratuit jusqu’à la forêt de chênes kermès aux feuilles super piquantes. Ce lieu semble tabou. Pourquoi ?

« Je ne dois pas perdre espoir, me dis-je. Nous réussirons, je le promets. »

Je souris.

Là, dans cette chambre, allongée sur un bon matelas, je peux tout promettre, jurer, m’engager, faire le serment… Je pourrais prononcer tous les jolis mots du dictionnaire pour me donner du courage. Mais que valent-ils, lorsqu’on est dans une impasse ?

 

À notre arrivée, dame Cornelia nous avait demandé de guérir son époux atteint de peste rouge et d’arrêter la propagation de cette maladie qui tue des millions d’êtres humains…

— Sinon… dis-je à mi-voix en l’imitant et en revoyant le terrible instant où elle quitta la pièce en laissant planer ce « sinon ».

 

Plus tard, le druide Dumnorix nous apprit le sort réservé à ceux qui n’accomplissaient pas leur tâche correctement : ils étaient pendus à la branche d’un arbre et livrés aux rapaces.

Brrr.

 

       Et… et…

 

 

1. La sentence

 

 

 Nous n’avons pas rempli la première partie de notre mission puisque le père, le chef de famille Agricola, est mort !

Nous tremblons. Que va-t-il nous arriver ? Nous nous attendons au pire. De plus, depuis ce décès, les deux frères romains qui ne cessent de se disputer nous agacent tous.

Et un jour, fatiguée d’entendre leurs cris, dame Cornelia décide de les séparer… et nous avec.

— Totochix et Ragius ordonne-t-elle à la manière d’un magistrat, vous resterez ici avec moi. Naïs, tu suivras Pictus dans la villa Lupianus.

 

Et là, là… ma tête se met à tourner. J’attrape la main de Totochix qui la serre fort. Abasourdis par la sentence, nous restons un bon moment sans bouger. Puis, après un long soupir, tristement, sans mot dire, nous rejoignons notre chambre.

 

Mon camarade m’aide à préparer mon sac, et toujours muets, nous nous couchons.

— Séparés, dis-je. Totochix, nous sommes séparés.

Totochix ne desserre pas les dents. Moi, je n’arrive pas à m’endormir. Je suis trop énervée, angoissée. Une grosse boule bloque ma gorge. J’ai du mal à respirer : « Comment vais-je m’y prendre pour soigner les gens de cette ferme puisque je serai loin de celui qui a reçu tous les conseils du druide ? Totochix, aura-t-il le courage de désobéir, d’aller seul à la recherche du tunnel ? »

 

Je change de position, écoute mon voisin de lit. Il chantonne tout doucement :

— Totochix, tu dors ?

Son silence m’inquiète. J’insiste à haute voix :

— Pourquoi nous a-t-on séparés ?

— Je devais remettre sur pied Agricola et il est mort, on nous punit…

— Ils sont fous ces Romains. Nous sommes des ados, en classe de quatrième ! Nous ne pouvons pas guérir les pesteux.

— C’est certain. Et maintenant, nous devons arrêter la propagation de la variole qu’ils nomment peste rouge. C’est la deuxième partie de notre mission.

« Oui, me dis-je, et nous n’y arriverons pas. »

— Naïs, nous courons le risque de finir pendus, chacun sur une branche. Comment stopper une épidémie, qui à Rome a tué des milliers de personnes ?

— Cela est impossible, dis-je. De plus, l’un sans l’autre, comment allons-nous nous y prendre ?

 

Dans le noir de la pièce, j’entends un bruit de drap froissé, des pas. Totochix s’assoit sur le bord de mon lit.

— Naïs, dit-il en caressant tendrement mes cheveux, pendant ton absence, je continuerai nos recherches. Dès que j’aurai trouvé, tu viendras me rejoindre et main dans la main, nous nous envolerons pour notre époque.

Il essuie mes larmes, embrasse mon front et court se recoucher.

 

Les mots angoissants de Totochix me hantent, je me les répète : Naïs, nous courons de grands risques. Comment arrêter cette épidémie qui peut tuer des milliers de personnes ?

 

Désespérée, je pleure en silence et pense à mes parents. « Maman, papa… Je ne voulais pas remonter le temps. J’ai appuyé sur le bouton sans faire exprès. Pardon, pardon, pardoooo… »

 

NOUVEAUTÉ

NOUVEAUTÉ

La peste rouge ( La variole)

Des retours de lecture

Laurence lima:coquinnette1974«

Un troisième tome aussi captivant que les précédents :) »Voici mon retour de lecture sur le livre jeunesse La peste rouge d'Isabel Lavarec. Pourwww.babelio.com

Critique de La peste rouge - T3 : Escale au temps des Gallo-Romains - Isabel Lavarec par Randy_tout« Une suite à la hauteur du tome précédent ! »Dans le tome prwww.babelio.com

 Escale au temps des gallo-romains, Tome 3 : La Peste rouge de Isabel Lavarec

Dans le tome précédant, nous nous étions arrêtés à la mort Agricola et à la séparation de Naïs et Totochix.

Dans cet avant dernier tome, nous replongeant dans l’intrigue précédente : maintenant, nos héros doivent échapper à la pendaison. Chacun a une solution pour s’en sortir qui est tout autant compliquée que l’autre, mais ils n’ont pas le choix. Malgré leurs doutes et leur désespoir, lors de leur dernière nuit ensemble, Naïs et Totochix réussissent du mieux qu’ils le peuvent en ayant conscience de l’épée de Damoclès au dessus de leur tête à se donner du courage et se réconforter entre eux.

Heureusement, malgré la distance qui les sépare, ils arrivent à rester en contact grâce à un rituel leur permettant de communiquer par télépathie.

Dans ce tome, nous pouvons constater une nette évolution sur le statut de Naïs et Totochix. Naïs, malgré la misogynie ambiante de l’époque, réussi à se frayer une place afin de guérir ses semblables et sauver leur peau, avec l’aide de son ange gardien, pendant de Totochix semble gagner en rangs et s’imprégner de la mentalité de l’époque. Il semblerait qu’il agit comme les hommes présents, tout en étant défaitiste, ce qui ne manque pas d’énerver encore plus Naïs.

Cette évolution est plutôt intéressante, on en vient à se demander comment vont ils réussir à s’entendre pour rentrer chez eux avec leurs mentalités partant dans des sens opposés.

Comme dans le précédent tome, certains chapitres sont complétés par de belles illustrations rajoutant un peu de gaité à la lecture.

La plume oscille parfaitement entre détails et fluidité, permettant une lecture assez rapide tout en s’évadant.

Encore une suite très intrigante, nous nous rapprochons de la fin de cette aventure avec encore beaucoup de questions : Comment vont-ils rentrer? Naïs sauver a-t-elle tout le monde ?

bottom of page